Nos actualités

Suivez l'actualité du Cours Clément : événements de l'école, planning des spectacles, reportage sur le théâtre, interviews de nos élèves et de nos profs ... Ne ratez aucun temps fort d'une année au Cours Clément !

x Interview des profs
x Interview des élèves
x Spectacles
x L’école
x Évènements de l'école
x Histoire du théâtre

Interview d'Onna, notre professeure du Cours Cinéma !

Pour tous ceux qui rêvent de découvrir l'univers des plateaux de tournage, et comment jouer derrière la caméra, nous avons créé le cours cinéma. Et cette année, c'est Onna qui reprend le flambeau de ces cours, après 4 ans à diriger chez nous des cours de théâtre. Dans cette interview, elle se livre sur sa passion pour le cinéma, sa pédagogie, et pourquoi elle a un intérêt tout particulier pour le jeu d'acteur à l'écran.

Bonjour Onna, peux-tu nous présenter rapidement ton parcours ?


J’ai découvert et apprécié la scène très tôt, principalement en tant que danseuse, mais je n’ai sauté le pas pour m’inscrire à un cours de théâtre qu’à mes 27 ans. Puis j’ai suivi un cursus Cinéma à Acting International, avant de tenter ma chance comme comédienne. Quelques tournages, pièces, doublages, écrits et réalisations plus tard, j’ai commencé à donner des cours de théâtre pour enfants et j’ai rejoint les cours Paul Clément. Après 4 ans de cours de théâtre (de la classe Débutants à la classe Avignon), je retrouve mes premières amours en 2022 en reprenant les deux classes Cinéma.

Onna Clairin


Quel est ton rapport au cinéma/au jeu face à la caméra ?


Je suis cinéphile depuis toute petite. Le cinéma a façonné ma vision de la vie, à tel point que certains souvenirs factuels s’entremêlent parfois avec d’autres fictionnels. Mon rapport au jeu ‘face caméra’ est assez magique (ou intrusif, à vous de voir !). Tandis que la mise en scène, l’ambiance d’un théâtre, les effets de lumières, la musique enchantent une pièce de théâtre, l’aspect cru, impudique, « proche » d’un simple visage capté par une caméra m’émeut toujours. Bien sûr, aujourd’hui, tout le monde se filme et se livre plus facilement ; mais un.e comédien.ne qui se dévoile sous les traits d’un personnage révèle plus encore, à mes yeux, sa part d’universalité. Je tends à penser que nous avons toutes les facettes de l’Homme en nous. Elles apparaissent selon les lumières que nous braquons ou non sur elles. La caméra permet cet éclairage. Oui, bon… je peux être drôle aussi !

Pourquoi reprendre le flambeau du cours Cinéma cette année ?


Lors d’un remplacement l’année dernière, je me suis rendu compte que la direction d’acteur.rice.s face caméra ainsi que l’écriture de scénario me manquaient. J’ai simplement eu très envie d’y retourner !


Qu'est-ce qu'on découvre au Cours Cinéma ?


Oula, il faudrait poser cette question aux élèves… J’espère qu’on y découvre avant tout une bonne ambiance ainsi que des conditions favorables pour ‘se jeter à l’eau’ (camaraderie, respect et bienveillance). Bien sûr, nous faisons du training et des improvisations, mais nous travaillons dès le mois d’octobre sur des textes ambitieux face caméra, du chant, des castings…


As-tu une idée de ce que tu aimerais tourner avec tes élèves en fin d'année ?


Pas encore ! Il y aura déjà un petit tournage champ-contrechamp fin décembre, puis un tournage avec décors en février. Quant au court métrage de fin d’année, j’aimerais avant tout que les élèves s’impliquent au maximum dans le processus : écriture, repérage des décors, répétition…Afin de comprendre à quel point la ‘prépa’ est primordiale et bien souvent mouvementée… Un film d’auteur ‘frenchie’, une satire ou un film d’horreur, tout me va tant qu’on y met son cœur et ses tripes (surtout pour le dernier).



Quelle est la différence principale entre le jeu devant la caméra et le théâtre, que tu enseignais dans notre école l'année dernière ?


Le jeu ‘face caméra’ se différencie du jeu théâtral, ou encore du doublage, en ce que tous trois imposent des techniques/contraintes différentes. Mais ils reposent sur la même base : « l’interprétation ». Rechercher en nous ce qui correspond au personnage à interpréter et en lui ce qui nous correspond. Le training permet peu à peu de ressentir la différence entre « jouer » un personnage et « être » ce personnage. Lorsque la technique est acquise (ex : porter sa voix au théâtre, la synchronisation labiale au doublage, le rapport à la caméra au cinéma etc.), elle devient naturelle/automatique et on peut enfin passer d’états émotionnels en états émotionnels. Faire abstraction des contraintes de placement, de coupure et de déconcentration sur un plateau de tournage fait partie intégrante du travail que l’acteur.ice doit effectuer. J’interviens beaucoup durant les prises : j’attends de mes élèves qu’ils conservent leur concentration et leur émotion tout en intégrant les directions que je leur donne.

Retrouver son naturel, sous les traits d’un.e autre, malgré les contraintes…c’est un beau programme, non ?!


Très beau programme, merci Onna !


Pour ceux qui aimeraient sauter à l'eau, mais qui ont peur qu'elle soit un peu froide, n'hésitez pas à vous essayer au cinéma avec nos stages ! Sur un week-end, ils vous permettent une première approche du jeu et du plateau de tournage, sur un format court.

Prochain stage les 25 & 26 mars !

Lire l'article

Trois évènements à ne pas manquer au Cours Clément

La nouvelle saison des Cours Clément est arrivée ! Après une année riche en spectacles, nous avons le plaisir de reprendre le chemin des cours de théâtre. Ayant à cœur de vous faire plaisir, nous vous avons préparé plein de petites surprises tout au long de l’année. On vous donne dès maintenant trois évènements à ne pas manquer au Cours Clément ! 

Les Masterclass


A chaque semestre, pour nos élèves et uniquement nos élèves, nous proposons des masterclass aux thèmes variés : stand-up, danse, clown, commedia dell’arte, méthode stanislavski, etc… L’occasion pour vous de découvrir sur une après-midi une discipline parfois insolite qui entoure le théâtre. L’année dernière, nous avons organisé une dizaine de masterclass ! Et notre petit doigt nous dit que Leonardo Valazza a du pain sur la planche cette année encore, puisque notre professeur de chant a su captiver ses élèves d’un soir …


Le Clément Comedy Club


Créé l’année dernière, le Clément Comedy Club reprend du service, en vous proposant trois soirées très privées dans nos locaux. Après avoir joué au festival d’Avignon, les stand-uppers en herbe menés par Sandra Colombo vous accueilleront dans le 18e arrondissement pour tester leurs sketchs. Si vous êtes inscrit au Cours Clément, vous pourrez réserver votre place pour y assister dès la mise en ligne des dates de ces plateaux d'humoristes !  


La Soirée d’Improvisation 


C’est LA soirée majeure de l’école. Chaque mois de janvier, nous nous retrouvons pour un énorme match d’improvisation. Au Palais des Glaces pour la 3ème édition consécutive, il sera précédé d’un show d’ouverture façon comédie musicale monté par les comédiens professionnels de La Manufacture de l’Acteur. Ce match voit s’affronter les représentants de chacun de nos cours sur des improvisations à thèmes et à contraintes. Pour chaque improvisation, des mots tirés au sort parmi les propositions du public seront à placer. On compte sur vous pour venir faire du bruit et soutenir vos champions ! 


Gardez l'œil ouvert sur la date de cette soirée, les places se vendent plus vite qu’un concert de Mylène Farmer ! 


En espérant que le programme que nous vous avons concocté vous donne l’eau à la bouche,

Bon premier cours à tous ! 

Lire l'article
soirée théâtre match improvisation

Interview des élèves : Kévin Brocheray

Parmi nos élèves, il y en a, comme Kévin, qui sont partout. Et pour mettre des paillettes dans notre vie, ce joyeux luron a décidé de monter sur scène. Du One-Man-Show au théâtre, Kévin vous dit tout de sa passion, qui peu à peu, se transforme en vrai métier ...


Qui es-tu ? 


Je suis Kevin Brocheray, élève au Cours Clément et à la Manufacture de l’Acteur. J’ai 30 ans et j’exerce en tant que chirurgien dentiste à mi-temps. Donc si vous avez des problèmes de dents ne venez pas chez moi parce que je ne suis rarement là ! 


Quel est ton parcours au Cours Clément ?


J’ai commencé au Cours Clément en 2019. A l’époque j’habitais encore à Metz et je faisais l’aller-retour en train pour mes cours avec Clémence Carayol et Sandra Colombo. J’avais énormément faim de théâtre et quand j’ai vu le slogan du cours “Ce n’est pas parce que c’est du théâtre qu’il ne faut pas se prendre au sérieux” , je savais que c’était là que je voulais être ! Le covid m’a poussé à venir sur Paris pour suivre vraiment des cours et j’ai décidé de rentrer à La Manufacture de l’Acteur, le cursus professionnel des Cours Clément. 


Pourquoi faire du théâtre ? 


Parce que c’est un des seuls endroits où tu peux te permettre d’être : ou totalement différent, ou totalement toi-même. Il y a une liberté d’être et de faire qui est folle. Maintenant ça te donne beaucoup de choses mais ça t’en demande énormément aussi, du lâcher prise, du travail,...


Qu’est-ce que tu aimes au Cours Clément ? 


La multitude des cours qui sont proposés. A l'époque, je me suis décidé pour le cours d’interprétation et le cours de One-Man-Show, mais il y a de la comédie musicale, du cinéma, de l’improvisation. 


Un conseil à donner à ceux qui veulent faire du théâtre ? 


N’hésitez pas premièrement, parce que si vous vous posez la question, c’est que l’envie est là et que vous avez déjà décidé, quelque part. Et puis venez comme vous êtes ! #MacDonald ! Non mais plus sérieusement, n’essayez pas d’être quelqu’un d’autre. 


Récemment, tu es monté sur scène pendant la Soirée d’improvisation pour présenter ton sketch. Est-ce que tu peux nous en parler? 


Je peux en parler sans vomir, maintenant que c’est passé ! C’était génial, une opportunité de dingue et j’aimerais remercier Sandra pour ça. C’est une des rares fois dans ma vie où j'aurais l’opportunité d’avoir 500 personnes devant moi, et c’était incroyable. C’est un texte que j’ai écrit moi-même en plus, et le public était d’une bienveillance incroyable. Depuis la première fois où j’ai mis les pieds sur scène, ça doit être un des moments les plus intenses. C’est pas humain d’être sur scène devant 500 personnes ! 


Ton niveau de trac avant de monter sur scène  ? 


Pour le coup, je n’ai pas eu plus de trac au Palais des Glaces avec un public de cette taille qu’au Montmartre Galabru avec Sur Le Fil (la pièce montée avec Clémence Carayol, ndlr) où il y avait une centaine de places. C’est toujours la même chose, comme avant un rencard, boule au ventre, impossible de manger ou de boire, et je parle énormément. Je pense que le trac ne part jamais, peu importe le temps qui passe et l’habitude d’être sur scène. 


Quel a été ton déclic pour faire la Manufacture de l’Acteur ?


Je crois que c’était quand j’étais dirigé par Clémence pour Sur Le Fil. Mon déclic a été provoqué par le fait d’avoir été dirigé par elle, d’avoir retranscrit ce qu’elle voulait, en étant à la foi moi-même, à la fois dans la composition de personnages, et tout ça avec le groupe. C’est pour ça que je me suis dirigé vers La Manufacture de l’Acteur en sachant qu’elle y était directrice pédagogique

.

Sur quels aspects aimerais- tu t'améliorer ? 


Tu as 20 minutes ? Ma voix, j’aimerais travailler dans mes mediums graves. J’aimerais aller vers d’autres rôles aussi que des rôles d’adjuvants un peu comiques, et aller jouer des choses plus dramatiques, plus ancrées, plus terrestres. J’ai tendance à partir un peu dans tous les sens. 


Un mot de la fin ? 


Comme dirait Jeanne Moreau, le théâtre, c’est la vie !


Lire l'article

Tourner un film au téléphone

L’un des premiers arrêts que peuvent avoir d’apprentis réalisateurs vient du matériel qui est à leur disposition. Pourtant, à l’heure où les smartphones sont de plus en plus évolués, un bon téléphone suffit parfois à remplacer une caméra

QUAND LES PROFESSIONNELS TOURNENT AU TÉLÉPHONE

Depuis quelques années, certains professionnels relèvent le défi de tourner des longs-métrages au téléphone. 

Aujourd’hui nous vous parlerons de Steven Soderbergh, qui en a réalisé deux pour des plateformes de streaming. Ce réalisateur prolifique, connu pour avoir régulièrement plusieurs films à l’affiche en même temps, a été nommé à de nombreuses reprises dans des festivals prestigieux, ramenant chez lui une Palme d’Or, un Oscar et un BAFTA.

Paranoïa, son premier film tourné au téléphone, est sorti en 2018 et disponible sur Prime Vidéo. C’est un thriller psychologique particulièrement haletant. Pour son deuxième film tourné sous ce format, High Flying Bird, il se tourne vers l’univers du basket et suit les difficultés du métier d’agent de joueurs de NBA. Il est disponible sur Netflix depuis 2019. 


Qu’un réalisateur récompensé par une Palme d’Or à tout juste 26 ans en 1989 décide d’utiliser un tel équipement n’est pas anodin. Lui qu’on connaît notamment pour la série de films Ocean’s Eleven assume avoir toujours cherché à tourner avec un matériel minimaliste. Il commente d’ailleurs que ce dispositif lui a permis de particulièrement se concentrer sur le jeu de ses acteurs. Pour Soderbergh, l’avenir du cinéma réside dans une caméra de petite taille, maniable et flexible, mais avec toutes les avancées de la caméra Red Dragon-X, chouchou des réalisateurs. Alors qui sait, avec un tel cahier des charges, peut-être qu’Apple a de quoi faire pour améliorer son prochain Iphone? 

LES FESTIVALS DE COURT-MÉTRAGE PRENNENT DE L'AMPLEUR

Les festivals de film court ont le vent en poupe. En tête de file, le Nikon Film Festival propose chaque année un thème sur lequel réaliser de très courtes vidéos. Ouverts à tous les participants, peu importe leur âge, métier, ou le matériel à leur disposition, ils récompensent les gagnants en les accompagnant dans la réalisation d’un futur projet. C’est une opportunité en or pour des réalisateurs amateurs et débutants qui se voient accompagner vers la professionnalisation

Et toi aussi tu peux tenter ta chance dès maintenant ! Le thème de cette année ? “Un rêve”.

Le Mobile Film Festival est une autre initiative, où l’utilisation du téléphone est cette fois imposée. Ce choix offre aux aspirants réalisateurs une égalité des chances, et le festival a ainsi pris une dimension internationale. Devenu partenaire des Nations Unies, ce festival a également lancé une édition panafricaine qui a réuni presque 500 films soumis originaires de 38 pays du continent africain. 

On vous met juste ici notre film préféré de l’édition 2021, sur le thème “Make Peace With Nature”. Il représente parfaitement selon nous la possibilité de faire un film court impactant avec des plans simples et un matériel minimaliste. Le résultat final est annoncé le 7 décembre !

TROIS CONSEILS POUR FILMER AVEC UN SMARTPHONE 

Ne pas négliger le story board : 

Le story board, c’est la pièce maîtresse pour préparer ton tournage. Sous forme de bande dessinée, ce document reprend plan par plan les différentes images qui constitueront ton film. Il définit le type de cadre, de mouvement et d’action qui constitueront une scène

On ne le répètera jamais assez : un bon film est un film qui a été bien préparé. Rien de pire que de se retrouver sur un tournage à devoir improviser sur le moment les plans qui arriveront par la suite. Très souvent, cela ouvre la porte aux faux raccords et aux plan ratés pour le monteur une fois le tournage terminé. 

Alors prends des feuilles et un crayon, et même si ton talent en dessin a arrêté de se développer à l’école primaire, essaie de mettre tes idées sur le papier. Tout au long de la préparation de ton tournage, ton storyboard va se préciser, selon tes repérages, certaines contraintes techniques ou les changements rythmiques et esthétiques que tu veux apporter à ton film.

Prépare soigneusement ton éclairage : 

La lumière, c’est souvent ce qui pose problème dans les courts-métrages filmés avec moins de moyen. La lumière naturelle sera bien évidemment ton meilleur allié, aussi assure-toi de filmer un jour lumineux si tu es à l' extérieur, et près d’une fenêtre si tu es à l'intérieur. Mais comme cela ne suffit pas toujours, essaies d’avoir à ta disposition différentes sources lumineuses. 

Astuce 1 | Pour que ta lumière soit cohérente, essaie de choisir des ampoules de teintes similaires. On appelle ces teintes des températures de couleur, qui sont chiffrés sur l’échelle de Kelvin (k). Plus la couleur sera chaude, plus les kelvin seront bas, et à l’inverse, les kelvin seront élevés pour une lumière de couleur froide. Pour une température de couleur neutre, on te conseille des ampoules autour des 4000k. Si tu souhaites créer un certain type d’ambiance, on te met juste en dessous l’échelle de Kelvin pour te guider dans ta création. 



Astuce 2 | Ne néglige pas la balance des blancs ! Tu ne sais pas ce que c’est? La balance des blancs est un réglage sur les appareils de prise de vue qui permet d’adapter la couleur générale de l’image. Auparavant réservés aux appareils professionnels, de plus en plus de téléphones proposent, comme sur les appareils photos, de pouvoir régler la balance des blancs. Cela te permet de diminuer l’aspect jaune d’un plan filmé sous ampoule, ou de réchauffer une image filmé un jour gris et nuageux. 


Fais attention à la stabilité de tes plans : 

L’un des problèmes les plus courants dans les courts-métrages amateurs vient des plans trop saccadés. Aussi, quand tu réfléchis à la manière dont tu vas tourner ton film, tu dois prendre en compte ce paramètre. Pour atténuer ce problème, plusieurs solutions s’offrent à toi. Tu peux choisir de filmer majoritairement des plans fixes, sans mouvement. Mais ce choix peut enlever du dynamisme à ton image. Si tu as la possibilité d’investir un petit peu d’argent dans ton film, tu peux choisir d’acheter un petit stabilisateur fait exprès pour les téléphones. Certains sont proposés à des tarifs très abordables. 



Quoi qu’il arrive, un maître mot s’impose : entraîne toi. Et particulièrement si c’est ton premier tournage. Si tu as en tête un plan mobile, entraîne toi à déplacer ton corps avec le moins d’accoups possibles, et trouve la position qui fonctionne le mieux. 

Lire l'article

Retour de la Soirée d'Improvisation

Parce qu'elle nous a manqué pendant deux ans, on vous parle de la Grande Soirée d'Improvisation des Cours Clément, de retour le 31 janvier. Tu es nouveau et tu ne sais pas de quoi il s'agit, où tu as un peu oublié les règles ? Ne t'inquiètes pas, on va TOUT t'expliquer.


Ouverture de la soirée


Parce que le Cours Clément est une institution pleine de traditions, ce sera comme chaque année aux élèves de la Manufacture de l'Acteur d'ouvrir le bal avec un show d'ouverture déjanté et explosif ! La Manufacture de l'Acteur, c'est la branche professionnelle des Cours Clément, pour ceux qui aspirent à devenir comédien pour toute la vie. La crème de la crème, en somme. Comme depuis quelques éditions maintenant, la partition du show d'ouverture est cocrée par Camille Lélu, professeure de danse, Leonardo Valazza, professeur de chant et Grégory Bellanger, directeur de notre grande école.

Les élèves de la Manufacture sont accompagnés sur les parties chantées par les élèves du Cours Comédie Musicale de Leonardo Valazza et Léa Marie-Saint Germain.


Si tu as envie de voir le show d'ouverture 2020, c'est par ici !



On se lance dans le match d'impro !

Qui dit grande soirée d'improvisation, dit match d'improvisation. Ce match voit s'affronter les champions élus par chaque classe du Cours Clément.

Repartis en 12 équipes de 4 élèves, toutes classes mélangées, ils doivent s'affronter sur une improvisation de 2 minutes. Ils disposent d'un caucus (moment de délibération) de 30 secondes pour se préparer sur le thème imposé. Petite difficulté supplémentaire, 4 mots seront tirés au sort parmi les propositions donnés par le public avant le spectacle. Ils devront être placés dans l'improvisation. Répartis en poule de 3 groupes, quatre équipes auront la chance, grâce au vote des spectateurs, de partir en demi-finale. 

Pour la demi-finale, les improvisateurs s'affrontent en poule de 2. Ils doivent toujours réaliser des improvisations de 2 minutes avec 30 secondes de caucus. Cette fois-ci, ils tirent un thème (ex : à la manière d'un film de Tarantino) mais aussi une contrainte (ex : dans tout le théâtre). Plus de mots à placer cependant. 

Pour les deux derniers groupes challengers, il s'agira de s'affronter sur une improvisation "Peau de chagrin". Le principe ? Chaque équipe tire un thème et doit réaliser une improvisation en suivant les mêmes règles que précédemment : en 2 minutes avec 30 secondes de caucus. Puis, ils doivent refaire cette improvisation en 1 min, et enfin en 30 secondes. A l'issu de cette improvisation en trois temps, le public élira l'équipe vainqueur de cette soirée ! 


De l'impro oui, mais aussi des sketchs

Les Cours Clément ce sont aussi des cours de stand-up, orchestrés par Sandra Colombo, notre professeure de one-man-show ET animatrice de la soirée impro. Trois élèves présenteront devant vous au cours de la soirée les sketchs qu'ils ont écrit et travaillé en début d'année. Ces interventions viendront ponctuer la soirée sous forme d'intermèdes. 



Mais finalement, pour le grand retour de la Soirée d'Improvisation, c'est sur vous qu'on mise avant tout! Parce qu'un spectacle sans public, ça perd son sens, on vous veut nombreux, chauds et bruyants pour porter haut vos champions et faire exploser le Palais des Glaces !

Lire l'article
Page précédente
Page suivante